Où sortir à Tirana ?

Il suffit de peu de temps en Albanie pour comprendre que le pays des aigles est en fait le pays de bars et des cafés. Le café, comme dans beaucoup de cultures méditerranéennes, fait partie de la vie quotidienne, au point que l’on traduit souvent diverses actions par « boire un café « . Ainsi, on ne sort pas prendre un verre, mais on va boire un café, peu importe le moment de la journée (ou la soirée) et même si on ne boit pas de café, c’est juste une manière de dire passer du temps ensemble. Tout comme on invite pas un garçon ou une fille qui nous plait au restaurant ou au cinéma ou dit « est ce qu’on pourrait aller boire une café ensemble ? ». Le café et le bar sont donc des éléments importants de la vie en Albanie et il suffit de se promener dans le quartier hype de Tirana, le Bllok, pour se rendre compte qu’il existe des rues constituées seulement d’une succession de bars qui rivalisent les uns avec les autres de créativités pour remplir leur terrasses.

Mais dans ce choix infini comment dénicher les bars trendy ou underground qui ne sont parfois que connus des locaux ou loin du quartier hype de la capitale albanaise ? Suivez le guide !

The Funky Moustache : 

Funky

 

Situé un peu à l’écart du quartier hype, il se trouve dans les rues derrière la pyramide. Le bar offre non seulement un concept original mais également sans aucun doute la meilleure connexion wifi des bars de Tirana! Le Funky Moustache est à la fois un bar et une petite bouffe qui propose des produits healthy notamment smoothies, salades, soupes, … Les choix pour les végétariens sont relativement larges et les smoothies sont plus créatifs que les simples jus d’oranges et de pommes fraîchement pressés. Il est possible de manger à toute heure de la journée, il y a même une formule petit dej.  L’atmosphère est calme et détendue, le service est de qualité et le staff est entièrement bilingue albanais – anglais.

Mon coup de cœur : Le funky taco, à base de guacamole, poulet, sauce au yaourt et crudités. 

Plus d’infos sur le Funky Moustache 

Duff Sports bar : 

17103581_2219663168259837_5041207336259572453_n

Ovni à Tirana, le Duff bar nous emmène dans l’univers du sport américain. Casques d’american soccer et maillot de Baseball aux murs, écrans qui diffusent le Super Bowl ou une partie de hockey, on se croirait aux States. L’ambiance est chaleureuse et réunit généralement une grande majorité d’internationaux. Le bar offre la possibilité de jouer au beer pong  ainsi que des soirées à thèmes en lien aux différents championnats américains (ou albanais car le foot ça reste sacré en Albanie). L’endroit offre un large choix de bières (malheureusement ils n’ont pas la duff beer) et de cocktails ainsi qu’une carte typiquement américaines burgers, oinons rings, chicken wings… carte qui s’agrandit le jeudi soir avec un choix beaucoup plus large de burgers.

Mon coup de coeur : Le bacon burger ! Ceux qui vivent depuis longtemps en Albanie savent comme il est difficile de trouver du véritable bacon.

Plus d’infos sur Duff Bar 

Nouvelle Vague

16996066_774502452708563_7003129537309335216_n

Les français se sentent déjà chez eux rien qu’au nom ! Situé en plein centre de Tirana dans le Bllok, c’est l’un des bars branchés de la capitale. Pour les amateurs de reggae, hip hop, funk, nu jazz c’est l’endroit idéal !  Les playlist sont concoctées par des passionnées et changent un peu de la soupe commerciale qu’on entend à longueur de journée dans les cafés. L’intérieur est chaleureusement bigarré alors que l’extérieur est frais et ombragé. La carte est variée des classiques cafés, macchiato, et rafraîchissements à une variété de cocktails tous aussi alléchants et créatifs les uns que les autres. La Nouvelle Vague c’est le spot idéal pour commencer la soirée ou s’ambiancer avant d’aller en boite.

Mon coup de coeur : difficile d’en choisir qu’un seul mon cœur balance entre la sangria blanche et le mojito aux concombres. 

Plus d’infos sur Nouvelle vague 

Bunker 1944 

13319741_1729944620586872_5652414198541629017_n

Surement l’un des adresses les plus difficiles à trouver de Tirana mais elle en vaut la chandelle. Le bunker 1944 offre une expérience peu commune, celle de voyager dans le temps ! En effet le bar qui se situe au sous-sol d’un bâtiment est entièrement meublé comme dans les années communistes 1980 -1990 (un foyer aisé) en Albanie. Tout y est le calendrier de l’époque, le téléphone à cadran, le poste de radio… Le bar organise des soirées thématiques poésie et slam, concerts, ou karaoké. N’hésitez pas à demander la carte des cocktails ou des spécialités car l’endroit met à l’honneur bien souvent des boissons plutôt rares en Albanie , cidres, bières étrangères, …

Mon coup de coeur : l’ambiance particulière et la clientèle atypique qu’on y croise !

Plus d’infos sur Bunker 1944

Tulla, Centre culturel 

14666164_255394431529170_6983461288539503389_n

Ce centre culturel tire son nom, tulla, des briques colorées qui le composent. C’est un des lieux au concept totalement original à Tirana. Ce centre est à la fois salle de spectacle, lieu d’exposition, rencontres et débats, et salle de concerts. Il se trouve un peu à l’écart du Bllok et offre une alternative aux discothèques ou soirées un peu bling bling du quartier hype. La programmation aussi diverse que variée va du punk-core suédois au concert  de jazz -littérature albanais d’Elina Duni et Besa Myftiu. Les concerts sont souvent payants mais les prix n’excèdent pas les 5€ l’entrée. En plus de son coté artistique et culturel Tulla dispose d’un élément rare en Albanie un véritable dancefloor ou le public peut se déhancher sur la musique live! ( bien que cela ne soit pas encore trop rentrer dans les mœurs).

Mon coup de coeur : la programmation et la clientèle ou se mélangent albanais et internationaux. 

Plus d’infos sur Tulla

Mais dans tout ça si on veut un bar typiquement albanais ? Venez au Komiteti !

Komiteti – Kafe Muzeum

10592877_864514363590061_719953404979198145_n

Le Komiteti est un bar-musée, oui vous avez bien lu, un bar musée. La déco du bar regroupe des anciens objets qui témoignent des us et coutumes de l’Albanie. D’outils agricoles aux instruments de musiques, vieilles photos, en passant par les uniformes de l’époque communiste ou des casques de la guerre mondiale, il y a de quoi satisfaire les plus curieux. En plus de cette idée originale, Komiteti réuni presque toutes les variétés de raki d’Albanie. Du classique raki rrushi (de raisins) au raki de myrtilles en passant par le raki de grenades ou celui aux épices. La carte varie selon les saisons et à celle des raki s’ajoute plusieurs boissons d’antan qui furent un peu oubliées ces quelques 20 dernières années. Une bonne façon de découvrir les saveurs et l’histoire de l’Albanie.

Mon coup de coeur : le raki e pjekur, un raki pas trop fort et sucré cuit avec du miel et des épices. 

Plus d’infos sur Komiteti

Voilà quelques uns de mes endroits préférés à Tirana, la liste n’est évidemment pas exhaustive et j’en oublie plein comme le Hemingway, jazz bar aux 100 rhums arrangés ou le Temple avec sa statue géante de Bouddha et sa musique lounge … N’hésitez pas à compléter la liste, lors de votre visite dans les commentaires !

 

Butrint : joyau archéologique d’Albanie

Aux confins de l’Albanie, face à l’ile grecque de Corfou se trouve l’un des trésors archéologiques et naturels du pays : Butrint. Véritable microcosme de l’histoire de la méditerranée dans un écrin de nature luxuriante le site est sans aucun doute un lieu incontournable de la région. Lire la suite de « Butrint : joyau archéologique d’Albanie »

Gëzuar Pashkët : pâques orthodoxe en Albanie

Cette année en Albanie, comme dans le reste du monde, la fête de Pâque tombait le même jour pour les catholiques et les orthodoxes : le 16 avril. Les orthodoxes albanais représentent 25% de la population et se concentrent plutôt dans le Sud du pays ( les régions de Saranda et Korça) alors que les catholiques qui ne sont que 10% sont quant à eux plutôt regroupés au Nord, notamment dans la région de Shkodra. Retour sur une fête importante qui réuni tous les Albanais. Lire la suite de « Gëzuar Pashkët : pâques orthodoxe en Albanie »

Découvrir Shkodra et sa région

Si le nord de l’Albanie est encore préservé et assez méconnu du tourisme de masse il n’en reste pas moins gorgé de merveilles offrant des possibilités infinies pour les amoureux de la nature .

La ville de Shkodra a toujours joué un rôle important en Albanie notamment de par son emplacement. Bordée par le lac de Shkodra, le plus grand des Balkans et ceinturée par 3 cours d’eau la Buna, le Kir, et le Drin (ce dernier étant navigable et se jetant directement dans l’adriatique) en fait un point stratégique. Capitale du royaume illyrien, elle devint un centre administratif et commercial puissant dès -260 av. notre ère puisqu’elle frappait déjà sa propre monnaie à cette époque.

Elle garda son importance économique et culturelle tout au long de son histoire, devenant tantôt un bastion catholique sous l’occupation vénitienne tantôt un important chef-lieu sous l’empire Ottoman.

17692444_1850062928587037_980681823_o
L’une des maisons du centre de Shkodra.

A la fin du 19e siècle, elle devint l’un des points forts de la résistance contre l’Empire ottoman et de la naissance d’une nation albanaise. De nombreux intellectuels de la région notamment Pasko Vasa, Luigi Gurakuqi et Gjergji Fishta prirent part à la création de l’Albanie indépendante. Cependant, le communisme a largement contribué a dévaloriser la ville de Shkodra comme tout le nord de l’Albanie, en effet Enver Hoxha étant du sud de l’Albanie, il a toujours considéré le nord comme étant des « brutes » et des « montagnards ». C’est surtout l’importance du catholicisme dans la région qui dérangeait le dictateur et dés lors que la loi interdisant la pratique du culte religieux fut mise en place en 1967, de nombreux membres du clergé furent persécutés et enfermés.

La ville aujourd’hui a perdu de sa superbe mais n’en reste pas moins une charmante petite cité dont l’absence de demande immobilière a permit de conserver les maisons traditionnelles du 19e et 20e siècles avec des couleurs chatoyantes aux façades travaillées et des cours couvertes de vignes. A l’instar de Tirana, Shkodra a su garder son cachet d’antan et s’illustre par sa facilité de se déplacer en vélo. Mais c’est surtout les alentours de la villes qui méritent le détour.

Le château de Rozafa :

17692646_1850063318586998_1767527385_o
L’ancien minaret de la mosquée du château de Rozafa de l’époque Ottomane.

Le château est situé de manière excentré par rapport à la ville actuelle, faisant face au lac et à la Buna. La forteresse témoigne des occupations passées de la ville. Sa situation stratégique permet de contrôler le lac , la Buna, et l’arrière pays, la vallée du Kir jusqu’au montagnes lointaines. La ville ancienne, depuis l’époque illyrienne, devait se trouver sur le versant du château en descendant vers les rives de la Buna. C’est le changement du cours du la rivière qui a modifié plus tardivement l’implantation de la ville. Des périodes protohistoriques et antiques il ne reste rien du château, les vestiges actuellement visibles datent de l’époque vénitienne puis de l’époque ottomane (15e siècle jusqu’au 20e siècle). Au-delà des vestiges et de l’archéologie, le château est célèbre pour une tragique légende. Au moment de son érection une malédiction empêchait l’équipe de finir sa construction. Le seul moyen de lutter contre cette malédiction, fut d’y emmurer un être vivant dans la construction. On raconte que Rozafa, la femme de l’ouvrier le plus honnête, y fût emmurée partiellement laissant sortir de la muraille une partie de son corps pour prendre soin de son fils nouveau né.

La légende raconte qu’elle s’est fossilisée et qu’elle est visible au sein de la fortification. Une quête a mener dans le château à la tombée de la nuit.

Shiroke, promenade paisible au bord du lac :

17820422_1854285951498068_1033607143_o
La vue de Shiroka sur le lac de Shkodra et les montagnes du Montenegro.

L’un des avantages de Shkodër, c’est que si vous avez vite fait le tour de la ville, vous avez ensuite le choix entre la plage et la montagne ! Shiroka se trouve à une vingtaine de minutes en voiture et une heure et demi à pieds. Shiroka et Zogaj sont les derniers villages albanais avant de passer la frontière avec le Monténégro et ils n’ont rien à envier à la quiétude de Pogradec. Ils permettent selon la saison, d’échapper au tumulte urbain, et de se promener ou de se rafraîchir dans le lac. Pour les curieux ils offrent aussi une chance de se faire une idée de la vie loin des centres touristiques et de découvrir quelques trésors insolites oubliés, par exemple à Shiroka, la (presque) ruine de la villa du Roi Zog, construite dans un style néoclassique au début du 20e siècle. Enfin, si vous n’avez pas encore dégusté de la carpe lors de votre séjour, Shiroka est rempli de petits restaurants au bord de l’eau qui proposent de la carpe fraîchement pêchée soit au barbecue soit au four avec une sauce de légumes.

Les alpes Albanaises :

17571707_1850063215253675_794880899_o
La vallée du Kir au printemps.

Si vous n’aimez pas la plage et cherchez la fraîcheur, rien de tel qu’une escapade dans les montagnes autour de Shkodër. Les alpinistes et randonneurs les plus expérimentés s’orienteront vers Theth et Valbona au Nord, avec le second point le plus haut d’Albanie, le mont Jezercë, qui culmine à 2694 m. Pour les promeneurs plus calmes qui veulent juste profiter des paysages à couper le souffle, de la quiétude et des petits villages de montagnes, nul besoin d’aller bien loin, la vallée du Kir à l’est de Shkodra offre le dépaysement ! Outre les balades dans le parc naturel de Maranai, ne manquez pas l’occasion de vous baignez dans la rivière du Kir sous l’ancien pont « ura e mesit » à Boks.

17670788_1850063135253683_303372149_o
L’ancien pont ottoman »Ura e Mesit » à Boks

Conseils de guide :

La saison idéale pour visiter Shkodra et sa région est le printemps ou le début de l’automne.

Pour vous aventurer dans les montagnes albanaises il est impératif de prendre un guide, non seulement pour ne pas passer à coté des choses à voir et s’orienter mais également parce que certains us et coutumes dans les montagnes du nord sont différents du reste de l’Albanie.

L’agence Kiri Adventure basée à Shkodra propose plusieurs activités dans les montagnes, notamment dans le parc de Maranai, des rencontres avec les habitants et apiculteurs, ou des barbecue près de la rivière du Kir, avec un guide français.

Kiri Adventures

Syri i kalter : l’oeil bleu albanais

Si le sud de l’Albanie est plutôt connu pour ses plages aux eaux cristallines de la côte ionienne et ses sites archéologiques qui parsèment la région il est une partie plus méconnue, les attractions naturelles. En effet, l’un des atouts de la région du sud-ouest de l’Albanie c’est la capacité de passer d’une ambiance balnéaire aux étendues vertes des montagnes en moins d’une heure. L’œil bleu fait partie de joyaux naturels qui mérite le détour.

14322257_1752958138297517_6385485231966348171_n

Situé à mi chemin entre deux points stratégiques de la région, la ville de bord de mer Saranda et l’ancienne cité fortifiée de Gjirokaster, l’œil bleu ou Syri i kalter en albanais est en fait une des sources principales de la rivière Bistricë. Cette rivière de 25 km se jette dans le lac de Butrint et alimente les villages et campagnes environnantes non seulement en eau potable mais aussi en électricité grâce à des centrales hydroélectriques.

Mais quelle est la particularité de cette source ?

Son cadre. Localisée à environ 45m de profondeur, l’eau jaillit des entrailles de la terre pour devenir rivière. Le sol de la région étant particulièrement calcaire l’eau de la surface est d’un bleu très clair voire turquoise alors que cette source profonde ressemble à une pupille bleue très foncée au milieu de ce bleu cristallin. D’où son nom. Son puissant débit de 18400 l/s créé une forte pression dans laquelle les visiteurs se plaisent à lancer des pierres pour les voir refaire surface quelques minutes plus tard. Si ce lieu d’un bleu azur semble être un appel à la baignade durant les fortes chaleurs de l’été, c’est cependant un piège ! La température de l’eau avoisine les 12 / 14 degrés pendant l’été et seuls les plus braves arrivent à se jeter à l’eau ! Cependant, si la baignade est périlleuse, l’environnement de la source est un vaste parc naturel de chênes et de Sycomores qui apportent une ombre et une fraîcheur apaisantes en été. Quelques bars et restaurants permettent de se ressourcer en profitant du cadre naturel magnifique.

Visiter le site :

L’œil bleu se trouve à une vingtaine de kilomètres de la ville de Saranda sur la route pour aller a Gjirokaster (Sh 99). L’entrée est payante pour traverser le pont comptez 50Lek /personne.

Conseils du guide :

Prévoyez une bonne voiture (ou chaussures) car les 3 km de piste en terre battue pour s’y rendre est truffé de nid de poules.

Pour les mois de juillet à septembre privilégiez les visites matinales ou tardives pour éviter d’être noyés dans les cars de touristes.

Elsa Pichon

Bunk’Art : bunker secret d’Enver Hoxha au coeur de Tirana

Elsa Pichon — L’attraction touristique de cet été à Tirana est sans contexte Bunk’art. Le bunker secret antinucléaire d’Enver Hoxha avait été ouvert temporairement, il y a un peu plus d’un au public. Devant le succès, il a été ré ouvert de manière permanente pour permettre aux touristes de découvrir ce joyau de la guerre froide ainsi qu’une exposition mêlant subtilement l’histoire moderne de l’Albanie et l’Art. Lire la suite de « Bunk’Art : bunker secret d’Enver Hoxha au coeur de Tirana »

Sazan, l’île bunker d’Albanie

Elsa Pichon –
Base militaire communiste fermée pendant presque 100 ans, Sazan révèle enfin ses secrets. Située dans les eaux turquoises de la baie de Vlora, au sud-ouest de l’Albanie, cette petite île d’à peine 10 km² a été durant toute son histoire convoitée par les grandes puissances et civilisations. La raison ?

Lire la suite de « Sazan, l’île bunker d’Albanie »